Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:35

   

Le 3 mars 2009, nous avons procédé au vote du prix colonial de l'année avec plusieurs catégories personnalité française, personnalité étrangère, entreprise multinationale, pays pour leur action tout au long de l’année 2008 + un prix spécial pour l’ensemble de son œuvre à une personnalité françafricaine.

37 votants au café le Méliès à Nantes

 

Voici les résultats :


Etaient nominés pour leur action tout au long de l’année 2008*  :

 

Dans la catégorie personnalité française :

Nicolas Sarkozy (président de la France)                 20

Brice Hortefeux (ex ministre de l’immigration)         12

Alain Joyandet (secrétaire d’Etat coopération)           5

 

Dans la catégorie personnalité étrangère :

George Bush (guerre d’Irak, Guantanamo…)            23

Idriss Déby (répression de l’opposition au Tchad)       14

Robert Mugabe (trahison de son passé et de son peuple)0

 

Dans la catégorie entreprise multinationale :

Total (soutien aux dictatures pétrolières)                    24

Bolloré (déforestation)                                              8

Daewoo (location de terres malgaches pour 99 ans)   5

 

Dans la catégorie pays :

France (occupation de Mayotte)                                14

Israël (occupation de la Palestine)                             16

Niger (répression des Touareg du Nord)                      7

 

Pour l’ensemble de son œuvre :

Jacques Chirac (F) (parrain de la françafrique)        17

Omar Bongo (Gabon) (idem)                                12

Mouammar Kadhafi (Lybie) (idem)                      8

 

*liste non-exhaustive, malheureusement…



Descriptif du choix des organisateurs du vote.

 

Dans la catégorie personnalité française :

Nicolas Sarkozy (président de la France)

Pour sa politique migratoire répressive, pour sa politique africaine qui ne sent pas trop la rupture (limogeage de Bockel), pour sa politique envers les DOM TOM, pour sa politique des banlieues…

 

Brice Hortefeux (ex ministre de l’immigration) pour son application dans son travail de recherche et expulsion, pour le non respect du droit d’asile, des droits des migrants. 29.799 étrangers en situation irrégulière ont été reconduits à la frontière en 2008, un chiffre supérieur à l'objectif de 26.000 reconduites,

 

Alain Joyandet (secrétaire d’Etat coopération) pour ses déplacements auprès de Papy Bongo, pour sa conception de la coopération française ? « Je le dis tranquillement, notre politique de coopération, cest évidemment linfluence de la France. » (conférence de presse, 19 juin 08). « Il faut renforcer linfluence de la France, ses parts de marché, ses entreprises. Ne pas avoir peur de dire aux Africains quon veut les aider, mais quon veut aussi que cela nous

rapporte. » « Je nai pas envie que la France fasse tout ce qui coûte et rien de ce qui rapporte. » (Libération 24 juin 08) Et les droits de lHomme ? « Je porte le message dune France attachée à la démocratie et à la transparence. Mais est-ce que cela doit être notre seule préoccupation ? Il ne faut pas faire de ces valeurs notre seule expression. » « Jai des convictions mais je veux aussi défendre notre pays et ses parts de marché. » En réponse à une question dun journaliste du Temps sur la visite à Bongo : « Pas de caricature, nous devons tenir compte des parts de marché à défendre. » (conférence de presse 19 juin 08) Un néo-colonialisme lancinant : « Plus de capitaux pour les entreprises, plus dintervenants sur place, plus de formation et plus dinfluence française. Jose le mot, plus dinfluence française. » (France 24, 22 juin 08)

Même militaire ?

« Le travail exemplaire qui est fait par nos militaires en Afrique qui consiste à former les individus dailleurs pas uniquement les former à faire la guerre mais les former pour avoir des armes pour affronter la vie et le  développement économique. » (RFI 20 juin08) En conclusion : « LAfrique semble réclamer plus de France. » (conférence de presse 19 juin 08) avec des accents gaulliens sans la stature : « Vive lAfrique, jaime lAfrique. »

(RFI, 20 juin 08).

 

Dans la catégorie personnalité étrangère :

George Bush (guerre d’Irak, Guantanamo…) Pas besoin d’en dire plus

Idriss Déby (répression de l’opposition au Tchad). Il y a un an, la France permettait au président tchadien de se maintenir au pouvoir en lui apportant le soutien diplomatique et militaire nécessaire lors d’une attaque menée contre N’Djaména par des rebelles. Faut-il rappeler les conditions d’accès au pouvoir d’Idriss Déby ? Auteur d’un coup d’Etat contre le président Hissène Habré en 1990, c’est avec la bénédiction de la France qu’Idriss Déby, ancien élève de l’Ecole militaire de Paris, a pris les rênes du pays, devenant président « élu » et « réélu » en 1996, 2001 et 2005, à la suite de fraudes électorales, le financement de candidatures fictives (faisant l’illusion de la concurrence électorale) et autre manipulation de la Constitution. La France, en apportant un soutien politique et militaire inconditionnel au régime illégitime, dictatorial et contesté d’Idriss Déby, a choisi le camp de la dictature en armant celle-ci contre l’opposition démocratique et la population en général qui vit dans la peur quotidienne d’une nouvelle attaque.

Faisant la sourde oreille à la demande d’un dialogue national inclusif, entre tous les acteurs de la vie politique tchadienne (opposition non armée et armée), dialogue réclamé par les opposants politiques et la société civile réunie au sein du « Comité d’Appel à la Paix et à la Réconciliation », et à la demande de mise en place d’un processus de paix soutenu par la communauté internationale, la France ruine les espoirs d’une sortie de crise. Comment le comprendre autrement lorsque l’on sait qu’en février 2008, la France a fourni au régime des renseignements sur les mouvements des rebelles et sur leurs communications, a permis l’acheminement d’armes et de munitions, ou encore s’est engagée militairement dans les combats ?

En apportant son soutien à Idriss Déby, la France a permis à celui-ci d’entamer une chasse aux opposants et aux dirigeants des organisations de la société civile, lançant également des actes d’intimidation contre des journalistes indépendants et des défenseurs des droits de l’Homme. Dans la confusion des évènements du début février 2008, des opposants politiques ont en effet été enlevés, séquestrés et pour l’un d’entre eux, Ibni Oumar Mahamat Saleh (porte-parole de la Coordination des partis pour la défense de la démocratie-CPDC), probablement assassiné puisqu’il est toujours porté disparu. Un an après cette disparition, l’opposition politique et la société civile désespèrent d’être entendues dans leur volonté de construction d’un processus démocratique véritable et d’un retour à l’Etat de Droit.

 

Robert Mugabe (trahison de son passé et de son peuple) De 1960 à 1980, Robert Mugabe est le symbole de la lutte contre l’apartheid imposé par les blancs au Zimbabwe alors la Rhodésie du Sud. Depuis son accession au pouvoir il a lentement mais très sûrement sombré dans le despotisme au point de s’accrocher au pouvoir coûte que coûte avec la répression que l’on connaît de ses opposants.

 

Dans la catégorie entreprise multinationale :

Total (soutien aux dictatures pétrolières)            Congo, Gabon, Soudan, Angola, Birmanie … pollution au Nigeria notamment et aussi à Donges, !

Bolloré (déforestation)  « Vincent Bolloré a bien raison, le gentil bougre, de clamer sa flamme à Paul Biya (…) En lui offrant la une de Matin plus du 26 octobre 2007, son gratuit coproduit par Le Monde, le grand patron ne fait que perpétuer la tradition. » A l’époque le Nouvel observateur rappelle que « le groupe Bolloré attend la décision du chef de l'État africain sur un grand projet, la construction d'une ligne de chemin de fer de 800 km reliant le Cameroun à la Centrafrique ». Le groupe Bolloré a acheté le terminal à conteneurs du Port de Douala, la capitale économique du Cameroun, ainsi que la Camrail, la société de transport ferroviaire nationalisé en 1999. Bolloré possède, en outre, les 31 000 hectares de palmeraies de la Socapalm (Société camerounaises de palmeraie) et de la Ferme Suisse. D’après le journal camerounais le Front, Vincent Bolloré fait partie fait partie des « six Français qui gouvernent le Cameroun ».

Daewoo qui a loué des terres malgaches pour 99 ans pour y faire de l’agriculture d’exportation.

 

Dans la catégorie pays :

France pour l’occupation illégale de Mayotte et le projet de départementalisation de l’île

Israël pour occupation de la Palestine

Niger et sa répression des Touareg du Nord qui militent pour une meilleure répartition des dividendes de l’exploitation de l’Uranium et le respect de leur environnement et de leurs terres cultivables et leurs pâturages, où se trouvent les gisements.

 

Pour l’ensemble de son œuvre :

Jacques Chirac (F) (parrain de la françafrique)  qui a repris les rênes des réseaux de De Gaulle

Omar Bongo (Gabon) (idem) qui a arrosé avec l’argent du pétrole toute la classe politique française

Mouammar Kadhafi (Lybie) (idem) qui a de grandes amitiés avec les réseaux Pasqua et a soutenu un criminel de guerre  comme Charles Taylor, seigneur de la guerre au Liberia qui a causé la guerre civile et la désolation au Liberia dans les années 90.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires